© 2016 par Galerie du Rire Couronné. Créé avec Wix.com 

20, rue de la Collégiale CLISSON

  • Instagram - White Circle
  • Facebook Clean

Claude Francheteau

 

 

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2016 Conservatoire des arts et Métiers    Nantes

2015   Galerie Gaïa Nantes

2015 Espace art contemporain AVV   St Mathurin sur Loire  49

2014  Galerie Rouge Grenade   Paris XX

2013  Médiathèque de Saint-Hilaire-de-Riez  85

2013  Galerie Arts Pluriels   Nantes

2012 Espace d’art contemporain   Saint-Palais sur mer  17

2005 Galerie de la découverte   Nantes

2005 Galerie d’art Nominoë   Château de la Groulais   Blain  44

2005 Médiathèque de Saint-Sébastien sur Loire  44

2005 Musée des arts et traditions   Noirmoutier  85

2004 Maison de la radio   Paris XVI

2003 Librairie Vent d’ouest   Lieu Unique   Nantes

2002 Galerie Anti-reflets   Nantes

2000 Atelier du Moulin Vertou  44

2000 Espace d’art contemporain   Saint-Juire-Champgillon  85

EXPOSITIONS COLLECTIVES

 

2016 Puls’art Le Mans

2014 Galerie La Ralentie   Paris XI

2013 Salon de printemps   Trélazé  49

2013 Cité des congrès   Saint-Jean de Monts  85

2012 Hôtel de ville-Cholet  49

2012 Maison régionale de l’architecture   Nantes

2012 Salon 49 regards   Trélazé  49

2011 Artconnexion  Tulle  19   Nîmes  30

2011 Galerie Arts Pluriels   Nantes

2010 Glasnostdead   Nantes   Rennes   Lille   Toulouse

2000 Galerie A Los artès unicos   Barcelone

2004 Société des amis du musée des beaux arts de Nantes

2004 Amis de l’art   Palais de la Beaujoire   Nantes

1999 Institut de France   Paris VI

1997 Bibliothèque universitaire   Angers  49

 

 

Diplômé de l’école des beaux-arts d’Angoulême  16

Éditions avec l’école des beaux-arts de Nantes et le musée de l’imprimerie   Nantes

Collections publiques et privées

 

Représenté par les galeries Gaïa à Nantes et Audrey Marty à St Malo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Claude Francheteau s'affirme comme " peintre paysagiste ". Est-ce une provocation que de s'intituler ainsi en 2016 ? C’est une attitude infiniment politique qui privilégie le Faire. Qui a dit qu'il ne fallait pas de cerveau pour peindre ?" La peinture est une chose mentale " dixit Léonard et se fait pourtant avec les mains ! Claude Francheteau souhaitait apprendre à peindre à l’instar des grands maîtres mais cet enseignement avait disparu. Il lui fallut alors obstination et pugnacité pour « cent fois sur le métier remettre son ouvrage », se colleter avec la réalité matérielle de la peinture. Lui prône le dessin, « la probité du dessin », l’incontournable dessin. Il préfère simplement donner à voir, il peint. Et généralement son public le lui rend bien qui, face à ses travaux, dit respirer, ressentir, s’élever. Prendre un peu de hauteur. C’est là sa victoire. Et sa revanche. »    

     

Norbert Marsal- Carl de Châteauneuf.

« …Le sol est le plus souvent écrasé par un ciel omniprésent. Une société industrielle dominée par un ciel prélude à l’immensité de l’univers. Il ramène notre monde urbain à ce qu’il est : une petite chose. Les nuages souvent menaçants font appel à l’urgence climatique.  Mais le travail de Claude Francheteau n’est pas que message, il est d’abord peinture. Les cieux sont de toute beauté, ils sont le fruit de transparences, un long travail pour aboutir à l’effet recherché. La « ligne » urbaine n’est pas que suggérée, elle aussi d’une grande précision elle donne une réalité forte à notre monde. C’est la force du dessein, de l’image et de son effet. …»

 

Lucien Ruimy. Vivre l'art magazine Août 2016

Je suis artiste peintre, nantais de quarante cinq ans.

 (dé)Formé à l’école des beaux-arts d'Angoulême

 Inspiré par les classiques et leurs qualités techniques et esthétiques

 Nourri des modernes et de leur libération

 Libéré par les primitifs, les bruts, les naïfs et les sauvages

 Enrichi par les idées contemporaines

 Sensible à l'expression vivante et passée.

 Sensible.

 

Il y a de l’exceptionnel dans le banal. Si je me sens bien dans mon époque, c’est d’une part parce que mon travail de peintre prolonge une histoire très ancienne que j’admire, que je continue à utiliser des outils et des formes ancestrales et  il me semble que l’homme est le même aujourd’hui qu’au début. Pourtant, je ne veux pas perpétuer une tradition, je m’en fous, je suis fidèle à ma nature humaine. Contemporain oui, je ne veux pas faire une peinture que la photographie peut faire. Je ne veux pas non plus faire une peinture jolie. Mes réflexions, mes lectures, mes rêveries, mes pensées se retrouvent dans mon travail. On peut y lire mon quotidien, mes aspirations. Je réfléchis également à ce que je vais peindre, mais l’idée n’est jamais séparée du geste. C’est une recherche d’harmonie entre matière (peinture, pinceau, support, main) et pensée (volonté, idées, rêves, inconscient, désirs). Il me semble que ce que je réussis le mieux, c’est de mélanger idées (volonté) et laisser-aller (instinct). C’est là seulement que ce que je fais me semble réussi, quand je suis surpris. Je ne me préoccupe pas de mon style, je ne veux pas me répéter. Je cherche la magie. J’admire Picasso pour son éternel changement et la simplicité de son travail et sa force. Ça reste et ça restera des couleurs sur une feuille, une toile, rien de sacré, rien d’important. C’est cette magie que j’aime.

 

Toute cette histoire de ciels est arrivée une fin d'après-midi au bord de la Loire où allongé sur le dos, je voyais passer les nuages au-dessus des cheminées et des toits, et il m'est apparu que c'était une voie à peindre.

 

Claude Francheteau 2016

Ciel  38X48
Ciel  28X38
Ciel 20X20
Ciel 27X35